CHRONIQUE DU TRI-NATIONS – PROLOGUE

Chaque été commence avec les habituels test-matchs entre les nations du Sud et celles du Nord. Si pour ces dernières la période de matchs internationaux prend fin au bout de trois rencontres, en ce qui concerne les trois puissances qui alimentent le Super 14 tout est à faire. Comment se relâcher, en effet, alors que l’un des tournois les plus difficiles au monde approche à grands pas ? L’Australie, l’Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande vont bien sûr entamer le TRI-NATIONS. Cette chronique propose donc de suivre régulièrement la préparation et les matchs de cette compétition toujours très disputée.

Pour ce prologue, faisons un rapide bilan de ce qu’ont pu révéler les test-matchs :

-Australie : Les Australiens ont commencé leur saison internationale par 2 matchs face aux Italiens. Sans aucun risque direz-vous, c’est d’ailleurs ce que pensait Robbie Deans qui en profita pour lancer le jeune James O’Connor, la nouvelle très jeune star des Wallabies. Ce dernier ne se fit pas prier pour inscrire la bagatelle de trois essais pour sa première sélection, dont un au nez et à la barbe d’un certain Sergio Parisse ! On pouvait cependant s’attendre à de plus grands écarts au score durant les deux rencontres. Le 13 juin, l’Australie remporte la victoire par 31 à 8. Le 20 juin, ils récidivent par 34 à 12. Si l’efficacité australienne est appréciée, on se demande ce que cela donnera face à une « grande » nation du rugby. Le test contre la France s’annonce dès lors comme révélateur. Pourtant, face à des Français fatigués, les hommes de Robbie Deans n’ont rien montré de stupéfiant, si ce n’est une belle rigueur tant défensive qu’offensive. Ils entament ainsi le Tri-Nations en confiance sans prendre la position de favoris.

L’arrivée de Robbie Deans a apporté de la rigueur et de la constance aux Aussies.  wallabylineouttraingjuly20092335070.jpg 

 

 

-Afrique du Sud : Mission accomplie ! Les Lions Britanniques et Irlandais sont défaits ! Voilà pourquoi les Springboks peuvent se féliciter d’un début de saison internationale réussie. Vainqueurs à 2 reprises des hommes de Ian McGeechan, les Sud-Africains ont montré de quoi se sentir plus que confiants peu avant le Tri-Nations. S’ils refusent de prendre la position de favoris, ils sont assurément les champions de la polémique (désaccord avec la suspension de Bakkies Bottha, fourchette de Shalk Burger, feuilleton de Jaque Fourie avec l’ASM). On ne saurait cependant contester la montée en puissance des champions du monde en titre à deux ans du grand rendez-vous de 2011. Les cadres s’imposent toujours autant, à l’image de John Smit, Victor Matfield ou le surprenant Bakkies Botha. Les anciens grands espoirs ont gagné leur place, comme le montrent François Stein et Jaque Fourie. Quant à l’incroyable Shalk Burger, qui peut encore contester le fait qu’il est l’un des meilleurs joueurs du monde, voire le meilleur ? Peter De Villiers peut donc se permettre de jouer avec la presse, même si son arrogance commence à fatiguer l’IRB.

Team-Spirit Le collectif Springbok n’a rien a envier aux autres équipes !

 

 

-Nouvelle-Zélande : Les All-Blacks, à l’heure d’entamer « leur » tournoi, puisqu’ils sont les actuels champions en titre, ne sont pas au mieux. Certains diront que c’est la faute aux multiples absences dont est victime la sélection de Graham Henry. Peut-être. S’il est certain que la baisse de régime des Blacks correspond à la durée d’indisponibilité de joueurs tels que Dan Carter, Richie McCaw ou encore Ali Williams, on ne saurait croire que la réserve Néo-Zélandaise soit limitée à ce point. Pourtant face à la France, c’est bien de limites qu’on doit parler. Incapacité à tourner la partie à son avantage, course au score du fait de l’efficacité de Julien Dupuy, aucune réelle influence du capitaine Mils Muliana. L’équipe en tête du classement IRB montre un visage inquiétant à l’approche du Tri-Nations. On espère cependant que le retour du capitaine légendaire des Blacks, Richie McCaw, sera un atout de poids pour la première rencontre face aux Wallabies d’un expert bien connu de plusieurs Néo-Zélandais, Robbie Deans.        

                                                                                      Pose Budha

 

 

 

 

                   

  Graham Henry attend avec impatience le retour de son capitaine de sagesse !

 


Répondre

Footixette et le sport |
Vélotaki 2009 |
Roger Federer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | nos randos
| PLONGEE KAYAK H²O PASSION
| Arvor 29 - Pays de Brest